French Republic

französischen Republik

República Francesa

Repubblica francese

 

 

Politique
Le site d'information sur la vie politique française
www.france-politique.fr
Europe Politique
Le site d'information sur la vie politique dans les États européens
www.europe-politique.eu
iPolitique
L'encyclopédie en ligne des idées et des idéologies politiques
www.ipolitique.fr
Gaullisme
Centre d'information sur le gaullisme et les mouvements gaullistes
www.gaullisme.net

 

 

 


 

Nicolas Dupont-Aignan


Né le 7 mars 1961 à Paris (15e).

Première campagne électorale : milite pour Jacques Chaban-Delmas au premier tour de l'élection présidentielle de 1974.

Ancien élève de l'École Nationale d'Administration (promotion "Liberté Égalité Fraternité").

Chef de cabinet puis conseiller technique au cabinet de François Bayrou (UDF), ministre de l'Éducation Nationale (1993-1994).

Conseiller technique au cabinet de Michel Barnier (RPR), ministre de l'Environnement (1994-1995).

Maire de Yerres (Essonne) depuis les élections municipales de 1995.

Directeur des études du Rassemblement pour la République RPR (février-juillet 1997); se rapproche de Philippe Séguin.

Député de la Nation depuis les élections législatives anticipées de 1997.

Chargé de mission auprès de François Fillon (chargé des fédérations dans la direction provisoire du RPR) puis secrétaire national du RPR chargé des fédérations (1997-1999).

Rupture avec Philippe Séguin, président du RPR, sur la traité d'Amsterdam : démissionné de son poste au sein du RPR le 19 janvier 1999. Fera partie des 18 députés RPR (sur 138) qui voteront contre la ratification du traité d'Amsterdam (3 mars 1999). Fondateur, le 16 mars 1999, de l'association Debout la République, courant souverainiste du RPR.

Démissionne du RPR le 15 juin 1999. Participe à la création du Rassemblement pour la France RPF, parti souverainiste issu de la liste conduite par Charles Pasqua aux élections européennes, dont il devient secrétaire général adjoint chargé des fédérations.

Démissionne du RPF le 26 juin 2000. Participe après les élections de 2002 à la création de l'Union pour un Mouvement Populaire UMP, grand parti de droite issu de la fusion du RPR, de DL et d'une partie de l'UDF.

Transforme Debout la République en courant gaulliste et républicain de l'UMP (7 septembre 2002). Obtient successivement 15% (17 novembre 2002) puis 9% ( le 28 novembre 2004) à l'élection pour la présidence de l'UMP.

Principal acteur au sein de l'UMP, qui milite pour le "oui", de la victoire du "non" au référendum du 29 mai 2005 sur le projet de Constitution européenne.

Candidat à l'élection présidentielle de 2007, n'obtient pas les 500 parrainages d'élus nécessaires à sa candidature. Démissionne de l'UMP le 13 janvier 2007.

Vote le 8 avril 2008 la motion de censure contre l'atlantisme du gouvernement de François Fillon (annonce par le président de la République Nicolas Sarkozy de la réintégration des commandements intégrés de l'OTAN).

 

Pourquoi je suis candidat
15 octobre 2005

Dans un monde en plein bouleversement, la France se cherche. Les Français doutent de leur propre avenir comme de celui de leur pays.

Délocalisations massives, chômage persistant, régression sociale, immigration non maîtrisée, remise en cause des services publics, fractures entre les générations et les territoires : à l'évidence, la France est malade.

Malade surtout car sa démocratie tourne à vide, ses élites refusant d'entendre l'appel au changement des Français.

Après le 21 avril 2002, le vote du 29 mai est à nouveau volontairement nié, oublié. L'impuissance publique semble confortable pour les dirigeants français qui se cachent derrière Bruxelles pour continuer comme si de rien n'était : entrée de la Turquie, directive Bolkestein, privatisations d'EDF ou des autoroutes.

Notre pays ne peut plus continuer sur cette pente car nos concitoyens ressentent désormais dans leur vie quotidienne le déclin de la France.
Elle ne manque pourtant pas d'atouts : vitalité démographique, productivité agricole et industrielle, rayonnement culturel et diplomatique, niveau de formation. C'est en s'appuyant sur eux que nous pourrons réunir les conditions du sursaut auquel aspirent nos compatriotes.

L'élection présidentielle de 2007 doit en être l'occasion.

Malheureusement, nous n'en prenons pas le chemin. Grand est le risque que ce scrutin se résume à un combat de chefs :

  • d'un côté, les tenants de la pensée unique, de gauche comme de droite, prêts à sacrifier la République sur l'autel de la mondialisation ;

  • de l'autre, les extrémistes de tous bords, qui mèneraient la France dans l'impasse du repli sur soi.


Je me refuse à voir les Français condamnés à cette tragique alternative. Il n'appartient qu'à nous de retrouver à l'occasion de la présidentielle de 2007 le vent de liberté qui a soufflé sur la France lors du référendum sur la constitution européenne.

C'est pourquoi, j'ai décidé, après mûre réflexion, de me porter candidat à l'élection présidentielle.

Au cours des prochains mois, sur le terrain, au cœur des régions de France, au côté de ceux qui souffrent comme de ceux qui espèrent, dépassant des clivages souvent factices, je présenterai un projet capable de réconcilier les Français avec leur pays. Un projet républicain et gaulliste leur offrant un vrai choix.

Le choix d'une France rassemblée
Contre les communautarismes qui portent en eux les ferments de la division, je souhaite promouvoir l'égalité qui rassemble, la stricte application de la loi, l'équilibre des droits et des devoirs, l'école du mérite, le respect de la laïcité, la renaissance des services publics garants de l'unité du territoire.

Le choix d'une France humaine réconciliant progrès économique et justice sociale
Contre l'inacceptable alternative entre une mondialisation barbare et le repli sur soi, je propose la refonte de notre pacte économique et social par l'association des salariés aux décisions de l'entreprise, la transformation audacieuse de la fiscalité afin de favoriser l'emploi et non plus le freiner, l'investissement massif dans les secteurs économiques de demain.

Le choix d'une France libre, à nouveau maîtresse de son destin
Contre la fuite en avant européiste, sans frontières, sans projets, sans nation, sans démocratie et, en définitive, sans avenir, je veux que la France bâtisse les fondations d'une nouvelle Europe. A la carte, elle permettra de faire ensemble ce que chaque pays ne peut faire seul, lançant des grands programmes de recherche et rétablissant la préférence communautaire. La France, une fois sa marge de manœuvre retrouvée, pourra alors s'adresser à nouveau au monde et devenir exemplaire dans la lutte contre la pauvreté et dans la protection de l'environnement.
Le temps est venu pour la France de se fixer un cap. Je souhaite y associer tous nos compatriotes car il ne peut y avoir de progrès individuel sans réussite collective. Le temps est venu de dessiner la France dans 20 ans. La France comme nous l'aimons.
 

 

DR

 

 

 

 

 

 

facebook
page
Nicolas Dupont-Aignan

 

Actualité

Warning: MagpieRSS: Failed to parse RSS file. (Mismatched tag at line 57, column 12) in /homepages/4/d146320921/htdocs/republique/magpierss/rss_fetch.inc on line 238

 

Documents

profession de foi pour la présidence de l'UMP en 2004
format PDF

profession de foi pour la présidence de l'UMP en 2002
format PDF
 

 

Liens

Nicolas Dupont-Aignan
blog

Nicolas Dupont-Aignan
fiche de l'Assemblée Nationale

Debout la République
site du parti

Debout la République
France Républicaine

Debout la République
France Politique
 

 

bibliothèque républicaine

 

bibliothèque républicaine

 

bibliothèque républicaine

 

bibliothèque républicaine

 

bibliothèque républicaine